بسم الله الرَّحْمَنِ الرَّحِيمِ


Omar Ibn Al Khattab, annonce et inscription à la candidature par l’aide divine

télécherger le texte de la khotba: 

Louange à Allah par lequel se distinguent ceux qui le suivent, Il a choisi pour Son Prophète et Il l’a agrée, Il a exhaussé ses invocations et ses demandes : « Ton Seigneur crée ce qu’Il veut et Il choisit; il ne leur a jamais appartenu de choisir» (Sourate Al Qassas), « Tu (Muhammad) ne diriges pas celui que tu aimes» (Sourate Al Qassas). Atirmidi a rapporté dans ses sounans qu’Ibn Omar a dit : ‘Allah, donne la gloire à l’Islam par celui que Tu aimes le plus parmi ces deux hommes : Abi Jahl et Omar Ibn Al Khattab. Le plus aimé d’entre eux était Omar’. J’atteste qu’il n’y a de divinité autre qu’Allah, l’Unique n’ayant point d’associé et j’atteste que notre maître, notre Prophète Mohammed est le Messager d’Allah, Prières, Paix et Bénédiction d’Allah soient sur lui, sa famille et ses compagnons, et en particulier, Abou Bakr, Omar, Othman et Ali, … . Ibn Massoud a dit : ‘L’Islam était une gloire le temps de Omar, son émigration était une victoire, sa gouvernance était une miséricorde, et par Allah, ne n’avons pas pu faire la prière en public avant qu’Omar embrassa l’Islam’. En ce qui suit : L’adieu d’Abou Bakr à cette communauté fut un désastre. Qui fut l’homme qui vint porter la communauté après la disparition d’Abou Bakr, pour maintenir la flamme de la guidée allumée ? Le califat fut en effet est levée par la suite par un homme à la personnalité ferme, un homme grand dans ses valeurs morales, dans sa justice, dans sa gouvernance, dans son ouverture, dans sa politique, dans la paix qu’il véhicule, dans les guerres menées, dans son humanité. Nous sommes regroupés aujourd’hui, bien-aimés, autour de l’un des plus grands hommes, celui qui a abandonné la vie d’ici-bas et qui était un géant dans sa noblesse et sa force. C’est l’homme qui a délaissé la vie d’ici-bas pendant la période de l’ignorance et pendant son entrée à l’Islam. C’est l’homme devant lequel nous resterons toujours des enfants, et après duquel nous cherchons à nous rapprocher pour connaître les éléments de sa vie personnelle, pendant la période pré-islamique et pendant l’Islam. Sa personnalité : il était très loin d’avoir la double personnalité. Il était soit à droite, soit à gauche, il ne jouait pas le double-jeu. Son instinct était pacifique, fort. Il était maître d’une conscience pure, d’une personnalité forte et généreuse, avant son entrée en Islam, son animosité envers l’Islam égalait celle de toute la tribu de Quraïch : ‘il n’embrassera pas l’Islam tant que son âme n’embrasse pas l’Islam’. Lorsqu’il embrassa l’Islam, il défendait les valeurs de l’Islam comme ce qu’on fait ses prédécesseurs, parmi les torturés et les humiliés. Sa personnalité n’était pas extrémiste, mais elle était supérieure. Il y a une différence entre la force et la cruauté. La supériorité est un développement naturel, alors que l’extrémisme est la maladie du développement des grands. Il était toujours modéré, et faisait partie de l’élite : « Et aussi Nous avons fait de vous une communauté de justes» (Sourate Al Baqarah). Il était une force accompagnée de fierté, noblesse, chevalerie, et confiance : « L’une d’elles dit: ‹Ô mon père, engages-le [à ton service] moyennant salaire, car le meilleur à engager c’est celui qui est fort et digne de confiance›.» (Sourate Al Qassas). Au contraire, la force contemporaine n’est qu’armes et destructions. Une force basée sur le double discours. Etat civil : Nom, prénom : Omar Ibn Al Khattab, Ibn Nafil, Ibn Abdelliza, Ibn Kaab. Il a en commun avec le Prophète (Paix et Bénédiction d’Allah soient sur lui) le 4ème arrière grand père. Sa mère : Hantama Bint Hicham, Ibn Al Moughira, des Bénis Makhzoum, sœur de Al Moughira Ibn Hicham, surnommée Abi Jahl. Sa naissance : 13 ans après l’année de l’éléphant. Il a embrassé l’Islam en l’an 6 après l’hégire et est devenu Calife à l’âge de 52 ans. Il est décédé à l’âge de 62 ans. Il a vécu 32 ans dans l’ignorance de l’islam, et 30 ans en Islam. Description : Il avait la peau blanche virant vers la rougeur. Il avait des jambes et des mains épaisses. Il avait une allure vaste. Il avait une calvitie aigüe. Il était physiquement imposant. Lorsqu’il marchait, il allait vite, lorsqu’il parlait, il se faisait entendre, lorsqu’il frappait, il faisait mal. Profession : Sa passion était le combat, il aimait l’équitation. Il avait un regard persan. Il était humble, n’acceptait d’insulte ni de compliment de personne. Il était parmi les rares personnes qui ont fait reculer l’analphabétisme. De son temps Il n’y avait que 17 personnes analphabètes. Il était l’ambassadeur de Qurayche et parlait en son nom. On l’appelait Abou Hafs, car sa fille, mère des Musulmans, s’appelait Hafsa. On l’appelait aussi Al-Asad(Lion), car le Prophète d’Allah (Paix et Bénédiction d’Allah soient sur lui) l’appelait ainsi. On l’appelait aussi Al-Farouq (celui qui sépare le bien du mal), et enfin, on l’appelait Amir Al-Mouminin (commandeur des croyants) durant la phase où il était à la tête de la communauté. Il est rapporté dans certains textes, lors d’une réunion, il a rit et pleuré, et quand on lui a demandé le pourquoi, il a dit qu’il a rit quand il s’est souvenu de la bêtise des adorateurs des idoles, qui fabriquaient des petites statues comestible pour les adorer, et quand l’un d’entre eux avait faim, il mangeait son idole, et il a pleuré une fois quand il s’est souvenu d’avoir enterré sa fille vivante, alors qu’elle essayait de lui enlever le sable de sa barbe. Cependant l’écrivain célèbre « Abbas Mahmoud Al-Aqad » a douté de la vérité de ce récit dans son livre : Le Génie de Omar, et dans lequel il affirme que le fait que l’enterrement des filles vivantes était un exercice rare dans les tribus de la péninsule et surtout entre Bani Tamim, la tribu à laquelle appartenait Omar. La biographie de sa sœur Fatima Bint Al-Khattab ainsi que sa fille née 6 ans avant l’apparition de l’Islam confirme ce fait, et contredisent l’hypothèse selon laquelle Omar aurait enterré sa fille vivante. L’histoire de l’entrée en Islam de Omar : Omar prenait un grand soin à traquer et harceler les Compagnons du Prophète sans oublier le Prophète (Paix et Bénédiction d’Allah soient sur lui). Une fois, il écoutait le Prophète réciter des versets de sourate Al-Haqqa, il répliqua à basse voix et dit : ‘Par Allah celui là est un poète, alors le Prophète d’Allah (Paix et Bénédiction d’Allah soient sur lui) recita le verset dans lequel Allah dit : « et non point le propos d’un poète, pour peu que vous croyiez » (Sourate Al-Haqqah), alors Omar dit une deuxième fois: ‘Par Allah celui là est un devin’, alors le Prophète d’Allah (Paix et Bénédiction d’Allah soient sur lui) récita le verset dans lequel Allah dit : « ni d’un vulgaire devin, pour peu que vous réfléchissiez ! » (Sourate Al-Haqqah). Ce même jour, il rencontra quelques-uns de ses proches voulant migrer en réponse aux ordres d’Allah et de son Prophète (Paix et Bénédiction d’Allah soient sur lui), alors il coupa la route à une femme parmi eux et lui demanda : ‘où vas tu ma sœur ?’, alors elle répondit: ‘Là ou on pourra adorer Allah librement, à l’Ethiopie’, alors il sentit une pitié envers eux et leur dit: ‘Qu’Allah vous accompagne!’. La femme a vu en cette réplique un rayon de lumière pénétrant le cœur du de Omar, et alla le dire à son mari, qui lui répondit : ‘Par Allah, Omar n’entrera en Islam avant son âme’. Insinuant ainsi la dureté du cœur de Omar et l’improbabilité de son allégeance à l’Islam. Mais après ceci, Omar est revenu à ses premiers propos, il s’est dit : celui qui est la cause de la séparation de nos parents c’est celui qui s’est moqué de nos croyances et de Allat et Al-Ouzza (deux idoles adorées avant l’Islam par la tribu de Quraïch)... Alors il brandit son épée vigoureusement, dévoré par la haine, il s’est lancé sans réfléchir pour retrouver le Prophète d’Allah (Paix et Bénédiction d’Allah soient sur lui), jusqu’à ce qu’il rencontre Naïm Ibn Abd-Allah qui lui demanda où il allait ainsi. Omar répondit : Vers la demeure de Ibn Al-Arqam, pour tuer Mohammed, alors Naïm lui dit : ‘Qu’Allah maudisse ton allée’. Naïm essaya de le bloquer et de le dévier de son but, lui qui était lancé tel un torrent dévastateur. Voyant ceci Omar demanda à Naïm s’il était entré en Islam, et que si c’était le cas, il le décapiterait le premier. Naïm saisit l’occasion pour le dévier de son but et lui dit : ‘Pourquoi tu me demandes à moi, sachant que ta propre maison s’est convertit en Islam’. Ta sœur Fatima et son mari Saïd Ibn Zayd. Cela était en effet suffisant pour qu’Omar remette sa mission initiale en attente le temps de s’assurer des propos de Naïm. Il se dirigea ainsi vers la demeure de sa sœur, dans laquelle se trouvait, en plus de Fatima et de son mari Saïd, Khabab qui leur récitait des versets du Coran. Dès qu’il entendit le bruit de pas d’Omar, ce Khabab se précipita et se cacha dans un recoin de la maison, Fatima quant à elle, s’est mise à cacher les bouts de cuir contenant les versets du Coran. Said se dirigea vers la porte pour l’ouvrir, et dès que Omar passa la porte, il leur demanda l’origine des paroles qu’il avait entendues avant d’entrer. Fatima lui répondit que ce n’était qu’un simple échange de dialogue, alors Omar les confronta à la rumeur de Naïm et leur demanda s’ils avaient quitté réellement la religion de leurs ancêtres. En réponse à cette question, Saïd demanda à Omar : ‘n’est t il pas impossible que la verité soit en dehors de ta religion?’. Alors Omar lui sauta dessus, le mit à terre et s’assit sur son torse, et quand Fatima a voulu défendre son mari, Omar l’a giflée jusqu’à lui faire saigner son visage... Alors Fatima dit: ‘Ô ennemi d’Allah, me frappe tu à cause de ma foi? Fait ce que tu veux, car j’atteste qu’il n’y a de divinité digne d’être adoré à part Allah et que Mohammed est son Prophète’. Face à la position de Fatima, dans laquelle elle s’est montrée forte et assurée, il lui dit : ‘montre moi la page qui contient les versets que je la lise’. Fatima refusa, tant qu’il ne s'était pas purifié car il était encore infidèle. Omar se lava le corps et commença à lire ces versets du Coran: « Tâ - Hâ. [2] Nous t’avons envoyé le Coran non pas pour te rendre malheureux, [3] mais plutôt comme rappel pour celui qui craint le Seigneur [4] et comme révélation émanant de Celui qui a créé la Terre et les Cieux sublimes, [5] le Miséricordieux qui S’est établi sur le Trône, [6] le Souverain des Cieux, de la Terre, des espaces interstellaires et de tout ce qui se trouve dans les profondeurs du sol. [7] Que tu élèves la voix ou non, Il connaît tous les secrets et même les pensées les plus intimes. [8] Il est Dieu ! Il n’y a de divinité que Lui ! Et Il porte les Noms les plus sublimes ! [9] Es-tu au courant de l’histoire de Moïse [10] qui, ayant aperçu un feu, dit à sa famille : «Restez ici ! J’aperçois au loin un feu. Peut-être vous en rapporterai-je un tison ou trouverai-je, à l’aide de ce feu, quelques indications pour me guider dans ma route?» [11] Et lorsqu’il s’en approcha, une voix l’interpella : «Ô Moïse ! [12] Je suis ton Seigneur. Ôte tes sandales , car tu es dans la vallée sacrée de Tuwâ ! [13] Je t’ai élu. Écoute donc ce qui te sera révélé. [14] En vérité, Je suis Dieu. Il n’y a d’autre dieu que Moi ! Adore-Moi donc et accomplis la prière en souvenir de Moi. [15] Certes, l’Heure doit immanquablement arriver, mais Je tiens à en garder le secret, afin que chaque âme soit rétribuée selon ses mérites. [16] Surtout ne t’en laisse pas détourner par celui qui n’y croit pas et s’abandonne à ses passions, car ce serait ta perte assurée ! [17] » (Sourate Taha). Suite à quoi Omar dit : ‘Une divinité dont les paroles sont celles là, ne doit pas avoir de compagnons, de ceci, j’atteste que je suis la religion de Mohammed’. Après quoi les visages de Fatima, Saïd et Khabbad s’illuminèrent de joie, et ce dernier, sortant de sa cachette dit à Omar : ‘Attends toi à du bien, car Allah à exhaussée la prière de son Prophète pour toi’. Les brises de la guidance se frayèrent chemin au cœur de Omar, le guidant vers la demeure de Al-Arqam, vers les lumières et les paradis des pieux. Il frappa à la porte d’une manière et d’une force que les musulmans entourant le Prophète d’Allah (Paix et Bénédiction d’Allah soient sur lui), n’ignorerent pas l’origine. Les compagnons, ignorant la cause de la venue de Omar, prirent garde, et Hamza dit : ‘Si Omar veut le bien alors, qu’il soit le bienvenu, et sinon c’est moi qui m’en occuperai’. Une fois la porte ouverte, le Prophète d’Allah (Paix et Bénédiction d’Allah soient sur lui) se précipita vers Omar et le prit par le col de son vêtement avec vigueur et lui dit : ‘Qu’est ce qui t’amène vers nous Omar? Par Allah si tu n’arrêtes pas tes actes, Allah descendra son châtiment sur toi’. Omar a dit : ‘Ô Messager d’Allah, à partir de ce moment là, je crois en Allah et Son Messager, et de ce que le serviteur d’Allah a apporté’. Le Prophète (Paix et Bénédiction d’Allah soient sur lui) fit le takbir, et les musulmans firent le takbir par la suite. Les prémices de son entrée en Islam furent les paroles adressées au Prophète (Paix et Bénédiction d’Allah soient sur lui) : ‘nous ne sommes pas sur la vérité dans notre mort ni dans notre vie, par Celui qui t’a envoyé par la vérité, si tu sors, je sors avec toi’. Les 39 hommes sortirent alors dans deux rangs, et Omar Ibn Al Khattab seul dans un rang, Hamza dans un autre, et ceci pour proclamer au public cette nouvelle religion et ce moment là commença le rampement bénit. Omar fonde un chemin particulier pour le repentir, en disant : ‘je ne laisserai aucun endroit où je me suis assis alors que j’étais mécréant, sans que je n’y retourne étant croyant’. A partir de ce moment là, Omar commença à se métamorphoser. Sa foi était tellement forte qu’il était sans cesse en épreuve. Il se tint debout face aux mécréants devant la maison sacrée de la Mecque, et on lui donna des coups horribles. Son oncle tenta de le soulager, mais il voulait gouter le délice de la foi. Voici Omar, qui était à la merci de la foi. Un jour, il se tint debout sur le minbar lorsqu’il devint Calife, et dit : ‘Ô gens, j’ai été un berger qui surveillait les moutons de mes tantes parmi les Béni Makhzoum, en contrepartie on me payait avec des dattes et des raisins secs’. Lorsqu’il descendit du minbar, tous les visages étaient figés, Abderrahmane Ibn Aouf lui demande le but de cette intervention. Il répondit alors : ‘je me suis isolé avec mon âme, et elle me dit : tu es le commandeur des croyants, il n’y a personne entre toi et Allah, tu ne trouveras personnes mieux que toi. J’ai voulu alors lui montrer ce qu’elle vaut vraiment’. Tu es certes doté d’une noblesse vertueuse, Ô Omar, lorsque tu purifies ton âme «A réussi, certes celui qui la purifie. » (Sourate Acchams). Possédons-nous à notre époque le poids d’un atome de cette modestie ? Omar est un modèle de moralité pour nous. Nous demandons à Allah qu’Il nous donne l’amour des compagnons, leurs politesses, leurs modes de vie. Amine. Allah, faites des futurs générations des ambassadrices de l’Islam, par la miséricorde, la sécurité, et l’humanité. Louange au Seigneur des mondes, Le Pauvre à son Seigneur, Abou Houssam